Dermopigmentation, microblading, microshading : trois techniques différentes de maquillage semi-permanent

maquillage semi permanent

Le maquillage semi-permanent est en plein essor et nombreuses sont les femmes à y succomber. Après tout, qui n’a jamais rêvé d’avoir un regard parfait en toutes circonstances, tout en gagnant un temps considérable lors de sa mise en beauté le matin ? Cette attente esthétique est tout à fait légitime et les résultats obtenus en matière de maquillage semi-permanent sont de plus en plus bluffants. Il existe d’ailleurs plusieurs techniques, mais quelles sont réellement les différences entre une dermopigmentation, un microblading et un microshading ? Comment fonctionnent ces différentes interventions esthétiques et à qui s’adressent-elles ? On fait le point !

La dermopigmentation esthétique, un maquillage semi-permanent

Cette technique esthétique permet de corriger et de structurer certaines zones du visage, à l’aide de pigments et de jeux d’ombre et de lumière. La dermopigmentation permet de réaliser un maquillage semi-permanent au niveau des yeux par exemple, pour étoffer les sourcils, dessiner un trait d’eye-liner ou pour intensifier les ras de cils, ainsi qu’au niveau de la bouche pour teinter les lèvres et en dessiner le contour. Néanmoins, elle peut aussi être utilisée dans le cadre d’une chirurgie réparatrice pour :

  • Finaliser une reconstruction mammaire en redessinant le mamelon suite à un cancer du sein,
  • Redessiner et densifier une zone pileuse,
  • Masquer des cicatrices,
  • Colorer la cornée d’un œil dont l’iris est altérée.

Le déroulement d’une dermopigmentation

La dermopigmentation est réalisée à l’aide d’un appareil spécifique : le dermographe doté de plusieurs aiguilles stériles et à usage unique, qui injecte des pigments colorés de nature minérale ou organique dans le derme. L’expert commence par épiler les sourcils et identifie la forme la plus adéquate pour restructurer le regard. Et pour garantir un résultat naturel en cohérence avec les traits de visage, un nouveau traçage est effectué au crayon.

Les pigments naturels sont introduits ensuite dans le derme grâce une fine aiguille. La profondeur, l’angle, la couleur et la technique utilisée dépendront de la zone traitée mais aussi de la couleur de la peau et du résultat souhaité.

Le microblading, l’effet « poil à poil » réalisé manuellement

Le microblading, quant à lui, fonctionne de manière différente. Il s’agit toujours d’une technique d’implantation de pigments colorés dans la peau. Néanmoins, il est entièrement réalisé à la main, à la différence de la dermopigmentation qui requiert un outil électrique. Ici, de fines incisions sont effectuées dans l’épiderme, à l’aide de micro-aiguilles. Les pigments sont déposés à environ 0,2 mm dans l’épiderme, soit à une profondeur moindre que lors d’une dermopigmentation, qui se situe plutôt entre 0,5 et 0,8 mm dans la peau. Par conséquent, le microblading est préférable pour toutes les personnes qui ont la peau sensible. De même, le microblading est aussi moins douloureux puisqu’il ne touche pas les terminaisons nerveuses. Il provoque moins de saignements et sa cicatrisation est donc plus rapide. Mais alors, quels sont ses inconvénients ? Comme il offre un effet « poil à poil », il est plus restrictif. Autrement dit, le microblading ne peut servir qu’à réaliser un maquillage semi-permanent sur les sourcils. Il s’agit d’une méthode moins polyvalente.

Le microshading pour un rendu plus ombré

Le microshading quant à lui se rapproche du microblading dans le sens où il s’agit, là aussi, d’une technique réalisée manuellement. Son effet, néanmoins, est différent. Le microshading procure un rendu plus ombré, comme lorsque le maquillage du sourcil est réalisé à l’aide d’une poudre ou d’un crayon. Il est recommandé pour toutes les personnes qui souhaitent donner un effet épaississant mais naturel à leurs sourcils. Sur le plan purement pratique, le microshading est réalisé à l’aide d’un stylet et d’une petite lame qui permet de créer l’effet ombré caractéristique de cette technique.

Pour faire simple, la dermopigmentation offre le panel de possibilités le plus large mais ses pigments sont déposés plus en profondeur, ce qui ne convient pas forcément aux épidermes les plus sensibles. Le microblading offre un rendu « poil à poil », tandis que le microshading procure un résultat plus ombré et fondu. Le choix de la méthode employée dépend donc de l’effet escompté mais également de votre type de peau.

Chez Lutetia, notre rôle est avant tout de vous porter une oreille attentive pour répondre au mieux à vos envies, tout en tenant compte des caractéristiques de votre peau et de vos besoins. Dans le but de vous satisfaire, nous mettons toute notre expertise à votre service, pour vous permettre d’obtenir un résultat discret et naturel.

CONTACTEZ NOUS

  • Date Format: DD slash MM slash YYYY

OU APPELEZ NOUS : +33 (0)1 56 900 828

Shares
Share This